05 59 31 87 41 Sur rendez-vous


Qu'est-ce-que l'Hypnose

Vous trouverez ici, quelques notions importantes afin de démystifier l’hypnose et connaitre quelles en sont les vertus thérapeutiques, suivant différentes techniques et objectifs souhaités.

L’hypnose est avant tout un état naturel que chacun de nous, qu’il le veuille ou non, expérimente au quotidien lorsqu’il est absorbé par un livre, un bon film, ou tout simplement en regardant par la fenêtre il a l’impression que son esprit s’évade, qu’il « rêvasse ». Cet état communément appelé état modifié de conscience, peut aller de la détente légère à un état de relaxation beaucoup plus profonde selon les personnes, les moments de la journée, le contexte, le type de séance….

Cet état est normal, propre au règne vivant et semble même  nécessaire au maintient de notre équilibre mental.

Lorsqu’une personne est sous hypnose il y a toujours en elle, une parte consciente, qui reste en éveil, ainsi il est  impossible de faire faire à quelqu’un quelque chose allant contre son éthique ou sa morale. D’ailleurs la motivation est indispensable au  travail et au changement thérapeutique.

Théoriquement, nous sommes tous capable d’entrer en transe (en état de conscience modifiée), puisqu’il s’agit d’un état naturel. Certaines personnes sont des sujets particulièrement  sensibles et facilement hypnotisables, toutefois, il arrive que d’autres personnes, par crainte, manque de  confiance ou du fait de préjugés sur l’hypnose, montrent une résistance, c’est en quelque sorte une refus, conscient ou pas d’accepter l’état d’hypnose, souvent lié à une inhibition, une peur de perdre le contrôle ou une autre peur non résolue, le travail thérapeutique sera plus long.

Il existe quatre étapes ou niveaux fondamentaux dans le processus de l’hypnose : • l’état hypnotique • la transe légère • la transe moyenne • la transe profonde Lorsqu’une personne est sous hypnose, elle ne dort pas.

COMMENT AGIT-ELLE SUR NOTRE CERVEAU ?

Les effets de l’hypnose ne sont pas purement subjectifs. L’imagerie cérébrale a révélé que cette pratique modifie l’activité du cerveau. L’hypnose induit une modification de l’activité cérébrale et de la connectivité entre différentes régions du cerveau. Le réseau de la douleur s’active différemment.

Les études montrent que le cortex cingulaire antérieur, chef d’orchestre de la douleur est beaucoup plus actif sous hypnose. On observe aussi des changements au niveau du cortex préfrontal, qui est impliqué dans le réseau « douleur-émotion ». La science a montré qu’il n’y a aucune similitude entre éveil, hypnose et sommeil. Il a été découvert en imagerie médicale par résonnance magnétique (IRM) une zone spécifique du cerveau qui ne s’active que durant l’état d’hypnose.




Le neuropsychologue, Pierre RAINVILLE, de l’université de Montréal, a eu l’idée en 1997 d’utiliser l’hypnose pour étudier le mécanisme de perception de la douleur.. Pour l’expérience il a demandé à ses volontaires, de plonger leur main gauche dans une eau à 47° (douloureux mais supportable) et a enregistré par imageries l’activité de leur cerveau. Il place ses sujets sous hypnose et leur suggère que la douleur augmente, alors que l’eau reste en réalité à la même température. Il observe alors un accroissement d’activité du cortex cingulaire antérieur et en déduit que cette région du cerveau, encode le ressenti émotionnel..

Cette expérience, répétée avec de nombreux individus, l’a amené à conclure que l’hypnose pouvait agir sur deux aspects distincts de la douleur, l’aspect sensoriel (cela fait mal) et l’aspect émotionnel (cela inquiète) et de ce fait, constater que ces deux composantes de la souffrance provoquaient des réponses neurologiques différentes.

L’objectif de l’hypnose médicale ou thérapeutique n’a rien à voir avec l’hypnose de spectacle. Si la façon de procéder chez certains praticiens, peut parfois être similaire, le but ne sera pas de vous faire oublier votre prénom, mais de vous aider à aller mieux, à vous soigner ou à atteindre un objectif. Il arrive aussi, que l’on retrouve au cours d’une séance, sans l’avoir prévu, des souvenirs enfouis qui réapparaissent parce que l’on a besoin d’eux dans le cadre de la thérapie.

En général, sous hypnose, vous restez conscient de ce qui se passe, des sons venant de l’environnement, de la voix du praticien. Vous pouvez même vous souvenir du contenu de la séance ; De la même façon que l’on ne peut pas oublier le décès de quelqu’un, il est impossible, même sous hypnose, d’oublier une partie de sa vie, tel un traumatisme par exemple. Un viol, un accident grave ou tout autre élément que vous souhaiteriez oublier, sera traité afin d’atténuer ou de neutraliser les émotions associées, mais vous n’oublierez pas ce traumatisme pour autant. Vous apprendrez à l’accepter, tout en prenant la distance nécessaire afin de mieux vivre avec. La partie inconsciente du mental, de l’esprit, peut cependant parfois créer des amnésies momentanées, en général partielles. Elles se créent de manière naturelle, pour votre bien-être, il vaut parfois mieux que certaines choses restent inconscientes, cela dépendra du choix de la personne hypnotisée.

Différentes définitions et descriptions sont données pour décrire ce qu’est l’hypnose. Je vais ici vous donner celle qui me semble la plus complète et à la fois la plus simple :

L’état hypnotique apparait comme un état de conscience modifiée donnant accès aux ressources de la personne, en faveur duquel le praticien peut provoquer des « distorsions », autrement dit un moyen de réorganiser inconsciemment les éléments d’une expérience et d’en changer ainsi le sens, en agissant au niveau de la volonté, de la mémoire et de certaines perceptions sensorielles VAKO, auxquelles on donne l’abréviation de représentations Visuelles, Auditives, Kinesthésiques et Olfactives.

Lorsque vous vous trouvez dans cet état, vos différentes facettes mentales critiques sont temporairement suspendues, et vous utilisez principalement votre imagination ou bien les processus de pensées primaires. Le niveau d’hypnose, sa profondeur dans les différents états de transe, dépend du degré d’implication de l’imaginaire. La chose qui est certaine, c’est qu’il existe chez les sujets hypnotisés ou sensibles à la suggestion, une aptitude particulière à transformer l’idée reçue en acte.