05 59 31 87 41 Sur rendez-vous


Qu'est-ce qu'un traumatisme ?

L’origine du mot grec “trauma” est blessure ou atteinte au corps. Aujourd’hui nous utilisons le terme « traumatisme psychique » pour désigner la condition dans laquelle se trouve une personne ayant eu l’expérience d’un événement difficile qui a atteint son psychisme. On n’a réalisé que récemment combien les personnes qui ont été exposées à des événements comme une attaque terroriste par exemple, sont non seulement blessées dans leur chair mais également dans leur mental. Ce sont les personnes en état de choc dont on nous parle fréquemment lors d’attaques terroristes. Les accidents de la route, les agressions sexuelles ou une maladie grave sont d’autres exemples d’événements traumatiques qui peuvent provoquer des traumatismes psychiques en plus des traumatismes physiques.

Un traumatisme est un événement particulier, fort et profond, causant une grande détresse émotionnelle et, où la personne est touchée dans son intégrité, soit physiquement, soit psychologiquement, et parfois les deux. Un événement traumatique crée chez la personne des émotions fortes, voire violentes, telles que peur, terreur, culpabilité, détresse, effroi, sentiment d’abandon, sentiment d’impuissance, douleur et, tout ce qui peut caractériser une « blessure » intérieure. Un même traumatisme pourra avoir un impact différent, en fonction des personnes, de leur âge, de leurs ressources physiques et mentales.

C’est une notion très freudienne de dire que les traumatismes, en particulier les traumatismes de l’enfance sont la source de toute maladie mentale. Si Freud lui-même a ensuite délaissée cette théorie pour approfondir ses concepts psychanalytiques, on revient aujourd’hui beaucoup sur cette idée : un traumatisme laisse une empreinte profonde et influence notre comportement pour le reste de notre vie, à moins que ce traumatisme ne soit traité et guéri.

Le traumatisme est une blessure profonde dans notre inconscient. On dit souvent qu’un traumatisme est comme une blessure intérieure, quelque chose dont on a du mal à se défaire. Cela peut se manifester de nombreuses manières, soit par le développement d’un trouble psychique tel que : manque d’estime de soi et de confiance en soi, angoisse, anxiété, phobie, neurasthénie, dépression, syndrome de stress post-traumatique. Il reflète la manière violente dont est perçu un événement (viol ou attouchements sexuels, abus, violence domestique et conjugale, agression, abandon, rejet, attentas, guerre ou catastrophe naturelle, perte brutale d’un proche, harcèlement moral et sexuel, etc).

La personne victime de traumatisme peut rencontrer en général des difficultés dans sa vie, car son mode de pensée influe profondément sur son comportement, la mettant très dans une situation d’échec. Ce processus l’empêchera d’être sereine, heureuse, de voir le côté positif des choses, les opportunités plutôt que les dangers. La plupart du temps, ces éléments sont inconscients : la personne ne comprend pas d’où vient son problème, et très souvent ne peut pas faire le lien avec un événement ancien, a fortiori s’il est refoulé. C’est donc en agissant au niveau de l’inconscient que ces éléments pourront être traités.

Amnésie et refoulement

Une caractéristique importante des traumatismes est qu’ils sont douloureux. On peut éprouver une grande douleur psychique, émotionnelle, suite à un traumatisme, et tant que ce trauma n’aura pas été traité ou « guéri », cette blessure restera à vif. L’effet de cette douleur n’est autre que le traumatisme que la personne n’a pas pu dépasser. Il va souvent être oublié ou refoulé. Dans certains cas, une partie entière de la vie de la personne est oubliée « je ne me souviens de rien avant mes 8 ans ». Cette obscurité peut faire peur. Il faut savoir que tout traumatisme refoulé, oublié, aura un impact profond aussi bien au niveau comportemental que biologique et ce, tant qu’il n’aura pas été traité.

L’amnésie consciente est également un obstacle à la thérapie. Certaines méthodes permettent de dépasser ce blocage en s’adressant directement aux mémoires inconscientes telles que l’hypnose par exemple.

Résilience

La résilience est un phénomène psychologique qui consiste pour une personne ayant subi un traumatisme, à prendre acte de l’évènement traumatique et à faire face dans une situation difficile ou génératrice de stress, pour ne pas sombrer dans la dépression et pouvoir ainsi se reconstruire. Cette capacité entraîne entre autre une sorte de défense-protection.

Nous sommes inégaux face à ces situations. Certaines personnes par exemple, victimes d’un viol, peuvent développer systématiquement une crise anxiogène dans leurs relations sexuelles, ou bien fort heureusement, retrouver leur sexualité quasi-normale, tandis que d’autres développeront par exemple, une phobie de la foule. Tout dépend de la manière dont l’événement est vécu, ainsi que du profil psychologique de la personne, par rapport à ses ressources : estime de soi, confiance, capacité à rationaliser, prise de recul, résilience, etc…

Par conséquent, la première étape pour dépasser un traumatisme est de sortir de l’isolement. L’événement traumatique est en général imprévisible et incontrôlable, car il fait voler en éclats notre sentiment de pouvoir vivre en sécurité et nous laisse vulnérable et perturbé. Il n’est pas nécessaire d’être directement impliqué dans l’événement pour en être affecté : apprendre la mort violente d’une personne proche, ou bien, des attaques terroristes à la télévision, peuvent aussi provoquer un traumatisme. Les deux facteurs pouvant rendre un évènement traumatique, sont :
• Une menace de mort ou de blessure grave envers nous-mêmes ou envers une autre personne.
• Un profond sentiment de peur et d’impuissance.

La plupart des personnes exposées à des événements traumatiques guérissent en quelques mois. L’esprit comme le corps, sait comment surmonter ses blessures et en guérir. Une minorité de victimes de traumatismes doit recourir à une aide professionnelle spécialisée. Heureusement il existe des traitements efficaces et de courte durée. Aujourd’hui nous utilisons le terme « traumatisme psychique » pour désigner la condition dans laquelle se trouve une personne ayant eu l’expérience d’un événement difficile, ayant atteint son psychisme. Nous savons parfaitement que les personnes qui ont été exposées à des événements comme une attaque terroriste par exemple, sont non seulement blessées dans leur chair mais également dans leur mental. Ce sont des personnes en état de choc. Les accidents de la route, les agressions sexuelles ou une maladie grave, sont d’autres exemples d’événements traumatiques qui peuvent provoquer de sérieux traumatismes psychiques en plus de traumatismes physiques.

Qu'est-ce que le syndrome de stress post-traumatique SPT, ou état de stress post-traumatique ESPT?

Le syndrome ou état de stress post-traumatique est une forme de trouble anxieux qui fait suite à un événement particulièrement traumatisant sur le plan psychologique : attentats, bombardements, accidents graves, catastrophes naturelles, violences physiques, viols…

La personne qui présente les symptômes de stress post-traumatique peut être la victime elle-même de l’événement. Elle peut être aussi, le témoin d’un accident survenu à un proche, ou d’une catastrophe ayant concerné de nombreuses victimes. Le tableau se présente sous la forme d’une sorte de retour permanent de l’événement, sous forme de cauchemars, ou d’envahissement de la conscience chez le sujet éveillé, mais aussi, de souvenirs fréquents quasiment obsessionnels, sortes de flash-back du vécu traumatique. Ces troubles s’accompagnent souvent d’insomnies, de dépression, d’irritabilité, parfois de violences ou de conduites pathologiques tel que l’alcoolisme ou autres addictions. Autres symptômes : manque d'intérêt par rapport aux évènements de la vie quotidienne, troubles du sommeil, sentiments de culpabilité, sensibilité extrême aux dangers extérieurs, troubles de l'alimentation, problèmes sexuels, comportements d'autodestruction Cela peut aller jusqu’à une désadaptation sociale importante.

Confrontées au même événement traumatisant, certaines personnes n’en subissent pas de séquelles et d’autres développent un syndrome ou état de stress post traumatique. On parle de trouble lorsque les symptômes durent plus d’un mois (ils débutent souvent plusieurs semaines après l’événement). La durée des troubles peut se limiter à quelques mois, ou bien au contraire, d’une durée beaucoup plus longtemps, voire devenir chronique. Le Stress Post-Traumatique est un syndrome d’anxiété causé par la confrontation avec un événement traumatique. Faire l’expérience d’un tel événement, ou en être le témoin, va créer sur beaucoup d’entre nous des sentiments de peur, d’impuissance et parfois de rage envers ce monde qui est devenu soudain tellement menaçant et imprévisible…

Le traitement du syndrome de stress post traumatique est souvent difficile. Certains médicaments peuvent être utiles pour traiter les symptômes tels que dépression (antidépresseurs) ou anxiété (anxiolytiques). Le soutien familial et des proches est important, mais le recours à un thérapeute spécialisée est souvent nécessaire, car le traitement de fond repose en règle générale sur un travail en la psychothérapie dont le principal but est d’aider le psychisme à retrouver ses facultés naturelles de “guérison”.