05 59 31 87 41 Sur rendez-vous


Le Dr Paul D. MacLean (médecin et neurobiologiste américain), a été l’auteur de la théorie dite du « cerveau triunique », représentant trois cerveaux distincts apparus successivement au cours de l’évolution de l’espèce humaine.

Cet ensemble se trouve dans la structure du système nerveux central de l’homme, avec trois étages différents, ces étages seront également qualifiés de « cerveaux » par MacLean , représentés comme suit :

Le premier étage, est celle de la partie du cerveau la plus proche de la moelle épinière, c’est le cerveau reptilien. Il gère le métabolisme, les réflexes et les besoins primaires (manger, se reproduire, fuir ou combattre).

Le deuxième étage est le cerveau limbique, ou cerveau émotionnel, que nous avons en commun avec les autres mammifères.

Le troisième étage, le plus périphérique, est le cortex. Il apparait chez les mammifères évolués et permet le raisonnement, les capacités d'abstraction et de conceptualisation, et l'aptitude au language.

1° Le cerveau « reptilien » ce cerveau archaïque est vieux de 500 à 600 millions d’années, il remonte à l’époque de nos ancêtres reptiliens.
Il se développe entre la conception et le quinzième mois, il assure la survie de notre organisme grâce à un répertoire limité de comportements instinctifs et réflexes qui permettent la satisfaction de nos besoins les plus fondamentaux. Il agit toujours selon des schémas rigides, stéréotypés et incapables d’adaptation. Il reste insensible à l’expérience car il n’a accès qu’à une mémoire à court terme.

Le cerveau reptilien est composé du tronc cérébral qui représente une structure du système nerveux central, et plus particulièrement de l'encéphale. Il est situé dans la fosse postérieure du crâne, sous le cerveau. C’est cette partie du cerveau qui est la mieux protégée, il est aussi la structure cérébrale la plus résistante. Il représente un carrefour majeur du système nerveux central entre le cerveau en haut, le cervelet en arrière et la moelle épinière en bas. Pour terminer, il assure les fonctions correspondantes à nos besoins les plus primaires mais à charge de la survie de l'organisme : respirer, boire, manger, dormir…,

2°- Le cerveau « limbique » ou mammifère encercle le cerveau primitif. Il s'est développé il y a 200 ou 300 millions d'années. Il grandit essentiellement entre le quinzième mois et 4 ans. Nous avons ce cerveau en commun avec les mammifères inférieurs comme les rats, les lapins et les chevaux. Le cerveau limbique est le siège des émotions, il est le siège du système de récompenses et de la punition ainsi que du contrôle du système nerveux autonome appelé aussi système nerveux viscéral ou végétatif : il contrôle les muscles lisses permettant par ex. le bon fonctionnement de la vessie, de la digestion, de la vascularisation. Il contient des neurones périphériques mais aussi centraux.

Si l'alimentation cérébrale en sang est importante, il vaut la peine de noter que le système limbique est la partie du corps la mieux pourvue. Si comme nous l’avons vu ci-dessus le cerveau reptilien commande les fonctions les plus primaires à la survie, le système limbique, lui règle : l'alimentation, le sommeil, la marche, la température du corps, les équilibres chimiques, le rythme cardiaque, la tension artérielle, les hormones, l'activité sexuelle et les émotions. C'est aussi le centre du plaisir, de la faim, de la soif, de l'agressivité et de la colère.

Il est apparu avec les premiers mammifères par conséquent il assure la défense du territoire (agressivité) et la survie de l'espèce (se reproduire).Il est capable de mémoriser les comportements agréables ou désagréables, et par conséquent responsable chez l’humain de ce que nous appelons les émotions. Physiologiquement, il est perméable à toute logique et sert de filtre des informations leurs donnant une notation émotionnelle, il peut, en outre, être en autonomie par rapport au cortex.

Sous stress, il interrompt l’activité du néocortex pour se focaliser sur la priorité de survie, nous privant ainsi de notre faculté de penser clairement. Il est nous permet de nous occuper de nos enfants, d'avoir le sens de la famille et celui du clan.. Il joue un rôle vital dans le transfert des informations reçues vers la mémoire. Nous possédons trois systèmes de mémoire : à très court terme (une seconde ou moins) ; à court terme (15 secondes environ) ; et à long terme (sans limite de temps).

Ce cerveau est donc l'organe du sentiment, des ressentis, le lieu des émotions, c’est le siège de nos jugements de valeur, souvent inconscients, qui exercent une grande influence sur notre comportement. Il est aussi le lieu de fondement de nos sensations et de notre mémoire. Son emplacement dominant est l'arrière de la boîte crânienne

3°- Le NéoCortex ou Cortex préfrontal, Il est situé au-dessus du limbique et qui peut être considéré comme la calotte pensante. Il occupe 85% du volume cérébral et comporte 10 milliards de neurones. Il se développe de 4 à 9 ans et traite de façon sophistiquée les informations venant du monde extérieur.

Il représente la conscience, la capacité symbolique, le langage et la pensée abstraite. L’hémisphère gauche et associé à la pensée analytique alors que le droit est associé à la pensée synthétique globale et spontanée.

Nous partageons le néocortex avec les mammifères supérieurs comme la baleine, le dauphin et le chimpanzé mais ceux sont les lobes frontaux qui font que l’être humain est différent des autres animaux !

Fabriquer des idées et les garder est du domaine du néocortex. C’est la zone du cerveau où s’élaborent pensées, analyses et prises de décision. C’est le siège de notre imagination, adaptation, raisonnement, création et projection dans le futur. Il donne de la fluidité à accepter le réel tel qu’il est. Il est le lieu de notre capacité à résoudre les problèmes complexes c’est là où se trouve emmagasiné le théorème de maths dont nous aurions besoin pour résoudre un problème ou l'orthographe du mot que nous recherchons en vain. Il agit et s’exprime avec curiosité, souplesse, nuance, recul et rationalité.

Avec sa centaine de milliards de neurones, le néocortex pourrait apparaître comme un ordinateur, un monstre froid qui ne connaît pas les émotions…mais à la fois il est également le siège de notre intelligence émotionnelle.

En effet, la différence correspond à ce que nous avons décrit dans le paragraphe précédent. Le limbique est conditionné par les émotions tandis que dans le néocortex, nous avons la capacité de piloter nos émotions. Il sait exprimer des opinions personnelles de façon stable, indépendante du regard des autres. Il transforme les pulsions telles que la fuite ou l’agressivité en affirmation de soi. Il nous permet de dépasser les peurs et l’agressivité. Il facilite la médiation dans les cas de conflits et incite à la communication authentique dans la volonté de dépasser des situations violentes ou conflictuelles.

Pour mieux visualiser, voici une représentation d’une coupe de cerveau, selon les trois cerveaux (hypothèse de MacLean) :

Le cerveau reptilien (4 zone en vert), le cerveau des mammifères appelé système limbique (1 zones bleues), le cerveau associatif ou cortex (2 zone rose). La structure numérotée en (3) correspond au corps calleux et la (5) au cervelet. Le corps calleux est une commissure transversale du cerveau (moyen d’union entre les deux parties)

Le cervelet, c’est lui qui sert de régulateur de la fonction motrice (mouvement + posture + équilibre) Pour effectuer un geste simple comme se toucher le nez avec le doigt, commander aux muscles de se contracter et aux bras de se déployer avec harmonie, ne suffit pas, il faut qu’une ‘’horloge’’ interne puisse régler avec précision l’enchaînement et la durée des mouvements élémentaires. Cette horloge, c’est le cervelet.

En résumé, les trois étages cérébraux correspondent respectivement à :
premier étage : l'instinct, la pulsion 1er cerveau le plus ancien reptilien
deuxième étage : la mémoire et les émotions 2ème cerveau moyen celui des mammifères
troisième étage : le raisonnement par association, le contact avec le présent et la projection dans l'avenir. 3ième cerveau le plus récent le Cortex