05 59 31 87 41 Sur rendez-vous
contact@therapies-familiale.com

Indications et contre-indications

Principales indications et contre-indications

En médecine, elle est souvent connue pour des anesthésies, la gestion de la douleur ou encore l’arrêt du tabac. Elle peut être également efficace dans nombre de pathologies dont liste exhaustive, telles qu’addictions (alcool, boulimie, médicaments..) problèmes d’insomnies, problèmes digestifs, certaines maladies chroniques…

En thérapie, elle est utilisée pour gérer les émotions, l’anxiété, le stress, par exemple. Elle a également un intérêt dans certains troubles dépressifs, mais aussi les phobies, deuils, SSPT syndromes de stress post-traumatique et bien d’autres.

Les effets de l’hypnose ne sont pas purement subjectifs. L’imagerie cérébrale a révélé que cette pratique modifiait l’activité du cerveau. Le neuropsychologue Pierre Rainville, chercheur de l’Université de Montréal, a été le premier à réaliser des expériences dans ce domaine en 1997. Il a analysé l’activité du cerveau d’une vingtaine de sujets hypnotisés qu’il avait soumis à un stimulus douloureux (en maintenant une de leurs mains dans de l’eau à 47°C). Cette expérience, répétée avec de nombreux individus, l’a amené à conclure que l’hypnose pouvait agir sur deux aspects distincts de la douleur, l’aspect sensoriel (cela fait mal) et l’aspect émotionnel (cela inquiète) et de ce fait, constater que ces deux composantes de la souffrance provoquaient des réponses neurologiques différentes.

Contre-indications : La plupart des auteurs déconseillent l’hypnose chez les personnes porteuses de troubles psychotiques (paranoïa, psychose maniaco-dépressive, schizophrénie…) ainsi que chez les épileptiques. Toutefois, certains patients ayant ces troubles ont pu tirer bénéfices de séances d’hypnoses. Milton Erickson lui-même a traité, entre autre, un jeune schizophrène.
A l’heure actuelle la prudence reste toujours de mise pour ce type de maladies, car plus importants encore que les contre indications médicales, il me semble fondamental que le praticien connaisse ses propres limites et garde avant tout une parfaite posture.