05 59 31 87 41 Sur rendez-vous
contact@therapies-familiale.com

Thérapie Cognitive et Comportementale (TCC) et Thérapie Systémique

 

Les principes de la thérapie comportementale, peuvent être à la fois différents, tant de par l’approche du patient dans le déroulement des séances, qu’au niveau des troubles qu’ils traitent. Si cette thérapie permet, tout comme la psychanalyse, à une meilleure compréhension de soi, la ressemblance s’arrête là.

La thérapie comportementale, comme son nom l’indique, vise essentiellement les troubles du comportement, le thérapeute peut également inclure dans son programme, des séances de EMDR, de sophrologie, d’hypnose, de technique DECEMO, yoga, etc.

La THÉRAPIE COGNITIVE-COMPORTEMENTALE ou TCC, n’est pas centrée sur le « pourquoi » des symptômes, mais plutôt sur le « comment » ne plus les ressentir. Elle consiste à apprendre de nouveaux comportements, de nouvelles manières de penser pour supprimer les troubles gênants. Elles est un traitement efficace et de longue durée pour résoudre un large éventail de problèmes psychologiques, tels que : anxiété, dépression, traumatismes, phobies, boulimie, troubles obsessionnels compulsifs (TOC), dépendances, etc. Elle est également utilisée dans les thérapies de couples, dans la manière de mieux communiquer, de mieux pouvoir s’affirmer et se faire comprendre de l’autre, et finalement, de retrouver la confiance en soi.

Elle est indiquée pour toute personne en souffrance, enfant, adolescent, adulte, et personne âgée, désireuse de retrouver un mode de vie plus en adéquation avec les exigences de la réalité, et suffisamment motivée pour s’investir en tant qu’acteur dans un programme de soin permettant d’endiguer ses difficultés.

La thérapie cognitivo-comportementale part du principe, que ce ne sont pas les situations en elles-mêmes qui provoquent les émotions et les comportements, mais plutôt les pensées automatiques (cognitions) qui nous traversent l’esprit à ces moment-là, et qui sont très souvent liées à nos expériences, notre éducation, nos croyances, nos peurs, nos freins, etc.etc.

Epictète disait : « Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, mais plutôt les jugements qu’ils en font ».

Autrement dit, ce n’est pas l’événement ou la situation en soit qui perturbe l’être humain, mais plutôt la représentation ou interprétation qu’il en fait

Le thérapeute joue un rôle actif, puisqu’il va guider le patient pendant la séance, en lui donnant des outils et des exercices à faire entre les différentes consultations. La thérapie combine des exercices de modification des pensées automatiques, d’affirmation de soi, de déconditionnement de certains comportements, de renforcement ou d’apprentissage d’autres comportements.

Nous parlerons alors de travail et d’accompagnement dans une thérapie cognitivo-comportementale ou, restructuration cognitive.

C’est ici que débutera votre thérapie. Vous commencerez par vous familiariser avec quelques termes et notions de psychologie, essentiels pour une bonne compréhension de la thérapie cognitivo-comportementale, et par la suite, vous apprendrez à mieux identifier vos pensées et vos émotions, de façon à savoir les modifier au besoin, lorsque pourront survenir des moments plus difficiles dans votre vie.

La restructuration cognitive est l’outil dont vous vous servirez pour effectuer ces changements, ou bien, comme je le dis au cours de nos séances, les modifications que vous souhaitez faire par rapport à votre vie et mode de fonctionnement sans ne plus avoir des pensées et émotions dysfonctionnelles, irrationnelles et inappropriées, ou bien encore freins psychologiques en lien avec vos expériences, votre éducation, vos croyances, etc, qui sont des obstacles au changement.

Ce qui est important de retenir , c’est que les émotions des êtres humains résultent avant tout de leurs interprétations (pensées, perceptions, conceptions), plutôt que des événements.

Pour changer ou modifier une pensée dysfonctionnelle ou bien, en diminuer l’intensité, il importe avant tout de changer l’interprétation ou les pensées qui influence cette émotion, sans nécessairement changer l’événement qui en est l’occasion. La méthode pour changer une pensée, se nomme la restructuration cognitive. 

Avec un peu d’entrainement, les moments difficiles deviendront moins nombreux, moins pénibles et vos comportements seront mieux adaptés. Le défi ne réside pas tant ici, dans le fait de comprendre la méthode qui n’est pas si compliquée, mais plutôt dans celui de persévérer dans la pratique quotidienne de ce que vous apprendrez et dans le travail que vous ferez.

 

La THÉRAPIE SYSTÉMIQUE : le mot système dérive du grec « systema » signifie « ensemble organisé »..

Elle e différencie de la plupart des autres thérapies, en ce sens qu’elle prend en compte l’individu, dans son environnement, dans un ensemble de systèmes, par exemple la Famille, et a de ce fait, une vision plus élargie qui aide le thérapeute dans le traitement de son patient. Cette thérapie fait partie d’une théorie générale de la « systémique », qui considère l’importance de l’interaction des différents systèmes entre eux. Le sujet est pris dans ses relations avec son environnement.

 

Dans le cadre de la thérapie la systémique prendra donc en compte tous les systèmes qui entrent en interaction avec le patient par rapport aux difficultés qu’il rencontre :

Aspect personnels (émotionnels, psychologiques, comportementaux..)

Aspects familiaux (éducation, religion, non-dits, rapports avec les différents membres de la famille, secrets de famille, traumatismes…)

Aspects sociaux/professionnels (niveau et rapports avec les autres, conditions et comportements au travail, problèmes de harcèlement…) Aspects historiques et géographiques (origines de la famille et vécu, déracinement du pays d’origine et de sa culture…)

En effet, l’individu n’est pas le seul élément analysé dans la démarche. Le thérapeute accorde aussi une importance aux différents systèmes dont il fait partie (familial, professionnel, social, etc.). Cette personne est influencée à la fois par ses intentions, celles des autres, et celles des possibilités du milieu et/ou, du système. L’idée principale est que l’histoire de la famille agit sur l’individu. Cet individu transporte avec lui des valeurs, des émotions et des comportements véhiculés par la famille et ceci depuis plusieurs générations. En fait, si une partie du système ne fonctionne pas bien ou éprouve des difficultés, cela risque d’affecter tout l’ensemble du système.

Ce travail permet de dénouer des blocages, des non-dits, résoudre des problèmes relationnels entre différentes générations, comprendre un problème précis chez un membre de la famille en prenant en compte son contexte familial.